La vie à La Rhonie

La saison d’automne pointe le bout de son nez, et la récolte des fruits commence… Les noix, les châtaignes, les pommes tombent, la cueillette va permettre de remplir les réserves dans la perspective de l’hiver qui approche.

Les noix du Périgord

La noix du Périgord

Un des fruits emblématique du Périgord c’est la noix. Ici au Domaine de la Rhonie nous récoltons environ 4 tonnes de Noix du Périgord par an avec 2 variétés : la Grandjean et la Franquette.

Le noyer prospère essentiellement sur des sols argilo-calcaires du secondaire : terrains du jurassique et du crétacé pour 90% du terroir. Sensible au gel, il est soit abrité dans des vallées, soit exposé sur des coteaux à moins de 500 m d’altitude. Il aime les sols bien drainés, suffisamment profonds, minimum 50 cm ou moins si la roche mère est fissurée, ce qui lui assure un développement harmonieux.

Enfin, le climat avec une température moyenne annuelle supérieure à 10.5° et une pluviométrie moyenne annuelle supérieure à 750 mm, optimise la qualité des fruits.

Agriculteurs depuis 8 générations, nous exploitons 4 ha de vergers de noyer. Récoltée en octobre la noix du Périgord a son appellation d’origine contrôlée : AOC.

Une fois ramassées, elles sont lavées à l’eau claire et séché dans un four. Ainsi elles se conservent 1 an soit en coquille soit en cerneau. Pour que le cerneau ne rancisse pas, il faut le conserver au frais (frigidaire ou chambre froide).

Nous vendons une partie de la récolte à la CoopCerno (Cénac près de Domme), le reste est utilisé à La Rhonie pour les gâteaux, les cerneaux consommés et vendu à la boutique, ainsi que les noix entières. Elie et Pierrette Coustaty, les grands-parents, énoisent durant les mois d’hiver. Les cerneaux sont triés par catégorie :

  • les cerneaux entiers sont vendus à la coopérative et à la boutique
  • les brisures : pour les gâteaux
  • les « rouges » pour l’huile de noix.

L’huile de noix est reconnue pour ses qualités nutritives : riche en vitamines A B C E et P et en acides gras polyinsaturés Oméga 3

La châtaigne du Périgord

Les châtaignes du Périgord

Les châtaigneraies sylvestres sont issus du patrimoine local et font parti d’un projet national de réhabilitation par la coopérative Mussidanaise Innovchataigne.

Ces arbres que mon grand-père affectionné particulièrement ont plus de 800 ans pour certains, et pour l’ensemble plus de 100 ans, d’où l’appellation « châtaigneraie sylvestre ».

Le projet de la coopérative périgourdine Castanea Sylva vise à réhabiliter les châtaigneraies sylvestres traditionnelles et à les certifier bio. Ce qui permet de constituer une source locale d’approvisionnement en fruits bio d’origine périgourdine pour l’exportation et pour la consommation nationale et ainsi de sauver un patrimoine local souvent à l’abandon.

La récolte se fait à la machine fin octobre, elles sont ensuite triées, cuite, pelée et mise sous vide et prête à l’emploi.

De petit calibre, elles sont reconnues pour leur saveur sucrée et sont principalement consommées en pâtisserie.

L’agneau pastoral du Sarladais

S’il y a une production qui a Agneau pastoraltraversée les décennies et les siècles à la Rhonie, c’est bien celle des moutons. Pour ceux qui viennent depuis longtemps, avez vous encore en mémoire Hélène qui garde ses moutons avec son chien, son bâton et son tricot de laine.

Aujourd’hui en 2015, Vivien a repris la relève de son arrière grand-mère et perpétue la tradition du pastoralisme en Sarladais avec son chien Lasko.

C’est quoi le pastoralisme me direz vous. Nos 60 brebis sont dehors toute l’année et entretiennent, bois, friche, lande, marécage, vergers, etc. Les agneaux de l’année sont vendus en vente directe sur notre Domaine et sert à l’équilibre financier de cette production. Des évènements sont organisés chaque année pour faire connaitre de patrimoine culturel.

Cette démarche vise à lutter contre la fermeture des paysages, à valoriser les points de vue culminants, à réduire les risques d’incendie, à dynamiser le tissu économique, écologique et social local. Enfin il sert à rapprocher le monde de l’agriculture des habitants du territoire, favorise par l’entretien de l’espace l’accès touristique de notre terroir.

Le jus de pomme

La nature est généreuse en cetteJus de pomme saison, et pourtant tant de fruits se perdent. Nos ancêtres avaient plantés de nombreuses variétés de pommes ici au Domaine de la Rhonie. Les agriculteurs de notre territoire le plus proche ont pris la retraite et les enfants ne sont pas restés au Pays. Les fruits comme les pommes ne sont plus ramassés, ils font le bonheur des oiseaux et des animaux sauvages comme les sangliers.

Nous avions arrêtés la fabrication du jus de pomme depuis quelques années. Nous l’avons remise au goût du jour car ce gaspillage nous faisait mal au cœur et sachant le plébiscite de nos clients sur sa saveur, nous avons repris le chemin de cette petite production artisanale.

Nous récoltons donc début septembre 800 kg de pommes, chez nous et chez nos proches voisins qui ne les utilise pas. Les nombreuses variétés de pommes donnent un goût subtil et intense. Seul les beaux fruits sont ramassés.

Elles sont lavées à l’eau claire et broyées. Le pressage ensuite se fait sans attendre pour éviter l’oxydation. Le pressoir est en bois et le filtre se fait avec de la belle paille de l’année. Le jus qui sort est trouble. Il est chauffé à 70° environ et l’embouteillage se fait à chaud pour une pasteurisation optimale qui permet de conserver les bouteilles pendant un 2 à 3 ans sans problèmes. Il est préférable de garder les bouteilles dans un local où la température est stable, à l’abri de la lumière.

Domaine de La Rhonie
Saisissez vos identifiants